Extrait de la conversation entre Marcel Gauchet, Jean de Loisy et Roger Rotmann :
Résurgence ou disparition du religieux, un paradoxe au cœur de l’exposition Traces du sacré.

CONFERENCE :
MARCEL GAUCHET

Revues parlées / Forums de société
24 avril 2008
Conversation entre Marcel Gauchet, Jean de Loisy et Roger Rotmann

  • « Traces du sacré ». Comment faut-il l’entendre ? S’agirait-il de ces infimes parcelles que les analyses permettent seules de détecter ? Des empreintes dont les enquêteurs sont si friands ? Des signes d’un prochain retour, mettant fin au «désenchantement du monde», à « ce processus de dissolution et de retournement de l’immémoriale emprise organisatrice du religieux » ?
    Marcel Gauchet rejette vigoureusement cette hypothèse du « retour du religieux ». Confuse, elle tend à masquer le tournant des trente dernières années, « qui est en train de liquider les vestiges d’organisation religieuse qui subsistaient parmi nous ».

  • Pourtant, il note un « retour de légitimité du discours religieux et de la préoccupation spirituelle dans l’espace public ». De quoi celui-ci témoigne-t il alors ? Moins d’une nostalgie que d’une inquiétude devant le peu de prise que nous avons sur « la chose collective » et par conséquent sur ses changements.
    L’art, qui ne peut manquer d’être affecté par le recul de toute forme de sacralité, a souvent trouvé dans l’inquiétude du monde les sources de son renouvellement.