14912 vues



Edvard Munch, Friedrich Nietzsche,1906
Fusain, pastel, tempera sur papier

 

 

MUNCH,
FRIEDRICH NIETZSCHE

« Dieu est mort !  »

 Friedrich Nietzsche

  • « Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué ! Comment nous consoler, nous, les meurtriers des meurtriers ? Ce que le monde a possédé jusqu'à présent de plus sacré et de plus puissant a perdu son sang sous notre couteau. – Qui nous lavera de ce sang ? Avec quelle eau pourrions-nous nous purifier ? Quelles expiations, quels jeux sacrés serons-nous forcés d’inventer ? La grandeur de cet acte n'est-elle pas trop grande pour nous ? »  écrit Friedrich Nietzsche.

    Il eut un impact considérable sur le XXe siècle. Il donna à l'art la mission essentielle de dépasser les conséquences de la remise en cause du christianisme, en surmontant toute servilité à

  • l'égard des valeurs anciennes. Le portrait que fait Munch du philosophe, qu’il admire, mais qu’il n’a jamais rencontré, est une figure idéalisée.

    L’artiste est alors en crise confronté à un abîme psychique - abîme devant lequel il installe le portrait idéalisé, serein, de celui qui l'a creusé puis accepté, au prix de la folie. C'est le poète de Zarathoustra représenté dans la pureté des montagnes, surplombant un village, symbole de l’ancien monde.

     

     

    Edvard MUNCH, Friedrich Nietzsche, 1906,
    196 x 128 cm, Munch Museum, Oslo