12467 vues



Paul Klee, Der Hirsch
[Le Cerf], 1919
Aquarelle et gouache sur toile collée sur carton

PAUL KLEE,
LE CERF

Selon la tradition chrétienne médiévale, le cerf symbolise l'âme pure en quête de Dieu ; l'apparition du Crucifix entre ses bois a converti saint Eustache et saint Hubert. Klee développe ici les antennes du cerf en une ramure complexe qui symbolise la fusion de l’animal avec l'intelligence cosmique.

  • Le cerf, enraciné à la terre, en communication avec l'organisme vivant de l'univers, est une image de l'artiste qui crée en harmonie avec les lois de la nature : « Notre coeur battant nous pousse plus bas, nous enfonce toujours davantage vers le fond originel », c'est-à-dire au « sein de la Nature, dans le fond primordial de la création où gît, enfouie, la clef de toute chose ». Une telle recherche spirituelle de Dieu dans la création se retrouve dans les écrits des mystiques rhénans, comme Maître Eckhart, dans lesquels Klee puise sa poétique.
    Cette école se caractérise par une approche intime et passionnelle avec le divin : Dieu a créé l'être

  • humain pour venir habiter en lui et le conduire à son plein accomplissement. La figure du cerf sera utilisée dans le même esprit par des artistes plus récents, comme Beuys et Merz.

     

     

    Paul KLEE
    Der Hirsch [Le Cerf], 1919, 32 x 24,3 cm, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris