10358 vues



Caspar David Friedrich, Ruinen in der Abenddämmerung...,[Ruines au crépuscule...], Vers 1831, Huile sur toile

 

FRIEDRICH, RUINE AU CREPUSCULE...

L'église que peint Friedrich n'est pas une ruine mais un colosse, qui a la puissance des premiers temps du christianisme en Allemagne, quand l'énergie païenne innervait encore la nouvelle foi.

  • Ce monument qui a traversé les siècles redevient nature, le lierre l'envahit, une même sève que celle des grands sapins du fond la nourrit maintenant. Il est au point exact de fusion entre le paysage et la culture, celui où l'unité se fait entre l'œuvre des hommes et le pouvoir de la nature, et, s'il s’est effondré avec le temps, il porte en lui la certitude de la résurrection commune aux cycles de la terre et du christianisme.

    Les restes de l'église sont maintenus par une charpente dont la forme évoque la croix, tandis qu'un feu toujours entretenu au pied de ses murs symbolise la permanence de la dévotion.

  • Caspar David FRIEDRICH
    Ruinen in der Abenddämmerung (Kirchenruine im Wald), [Ruines au crépuscule (Église en ruine dans la forêt)], vers 1831, 70,5 x 49,7 cm
    Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Neue Pinakothek, Munich