12728 vues



Edvard Munch, Det tomme kors [La Croix vide], 1899-1901
Aquarelle

 

EDVARD MUNCH,
LA CROIX VIDE

Fortement impressionné par sa lecture de Nietzsche, Munch peint La Croix vide, presque obsédante sous un ciel pâle estampillé d’un soleil mourant.

  • Au premier plan, l’artiste, vêtu en moine – allusion à son nom –, égaré entre la morale d’une religion disparue et l'attirance, jusque-là coupable, pour les plaisirs. Sa silhouette divise la scène, entre des malheureux qui se noient, appelant en vain un secours qui ne viendra pas, et des couples débauchés qui auraient dû attirer un châtiment qui ne viendra plus.
    L'auteur en fit le commentaire : « Puis vint le temps des bohèmes et de l'amour libre. Dieu fut détrôné ainsi que tout le reste. Tout le monde court en tous sens en une folle danse de la vie. Dans le ciel, un soleil rouge sang, la crucifixion était expiée, mais je ne pouvais me débarrasser de l'angoisse de vivre et de l'obsession de la vie éternelle. »

  • Edvard MUNCH
    Det tomme kors [La Croix vide], 1899-1901,
    43,1 x 62,7 cm, Munch Museum, Oslo