L'artiste nous décrit son installation in situ présentée dans l’exposition Traces du sacré :

 Mushroom Mantra, 2008

CHARWEI TSAI,
MUSHROOM MANTRA

2008,
Installation in situ,
Collection de l’artiste

  •  «J'écris le Sûtra du Cœur de mémoire, plusieurs fois, sur des champignons fraîchement cueillis. Couverts d'un texte parlant du vide, ceux-ci dévoilent leur processus naturel de décomposition et de renaissance. Se transformant à des rythmes différents, les diverses textures représentent la grandeur de la religion, qui évolue au fur et à mesure que celle-ci se matérialise et meurt à partir de la pensée. Les champignons – qui poussent à partir de matières en décomposition, dépérissent et nourrissent de nouvelles vies – sont des symboles très forts pour exprimer la nature éphémère de la vie.»

  • Selon l'artiste, le Sutra du Cœur décrit la libération du boddhisattva de compassion pendant une méditation profonde : « La forme est le vide, le vide est la forme. Il en va de même des sensations, des perceptions, des impulsions et de la conscience. […] Dans le vide, il n'y a pas de forme, ni de sensation, de perception, ni d'impulsion, ni de conscience. […] Il n'y a pas de mort ni d'extinction de la mort. Il n'y a pas de souffrance, pas d'origine, pas de fin, pas de chemin. Il n'y a pas de connaissance, pas d’aboutissement, et rien à atteindre. ».