Pierre Buraglio décrit son installation in situ dans l'exposition Traces du sacré :


En quête, 2008