mounir fatmi décrit sa peinture murale présentée dans l'exposition Traces du sacré :


Tête dure, 2005-2008

 

MOUNIR FATMI,
TETE DURE

2005-2008,
peinture murale in situ,
Dimensions variables
Courtesy de l’artiste et
de Lombard-Freid Projects, New York

 

  • Dans cette peinture murale, les entrelacs d'écritures calligraphiques portés à l'intérieur de ce crâne en lieu et place du cerveau sont une transcription libre d'un fragment de la Sourate Az-Zumar, 39.9, extraite du Coran. Cette sourate peut se traduire : « "Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?” Seuls les doués d'intelligence se rappellent. »

     

    Nous lisons ici : « Est-ce qu'ils se ressemblent, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ? »